Plan d’action pour la refonte du dépistage

Le plan d’actions promis par Mme la Ministre de la Santé Marisol Touraine à la suite de la concertation citoyenne sur le dépistage du cancer du sein voit enfin le jour, en ce 6 avril 2017.

Objectif affiché de maximisation de la participation

Dans le communiqué de presse de la ministre nous lisons : « La meilleure chance pour guérir du cancer du sein, c’est le dépistage. Pourtant, encore trop peu de femmes ont recours au dépistage organisé. »

Outre le fait que toutes les études d’impact démontrent que le dépistage n’a jamais permis de faire chuter la mortalité ou d’améliorer la guérison (reliable aux avancées thérapeutiques, mais pas au dépistage), l’objectif clairement mis en évidence dans cette phrase est bien que les femmes participent d’avantage au dépistage alors même que le groupe de citoyennes de la concertation s’est prononcé explicitement pour qu’on abandonne la course au recrutement des femmes.

Dès la deuxième page du plan d’actions les contre-vérités vont bon train : « Son dépistage (celui du cancer du sein) est donc un enjeu majeur de santé publique ; pour réduire la mortalité et la morbidité liées au cancer du sein, mais également pour améliorer la qualité des prises en charges des personnes concernées. » Ni le premier objectif n’est atteint, le cancer du sein étant au hit-parade des cancers féminins mortels, ni le deuxième puisque la morbidité liée au dépistage n’est pas négligeable avec l’explosion des mastectomies, des radiothérapies et des chimiothérapies constatées depuis l’instauration du dépistage systématique, traitements lourds impactant la santé. On fait fi des dernières études internationales et des publications médicales basées sur les faits démontrant l’absence de gain en terme de mortalité.

L’information, enfin ?

A l’item n°2 nous avons à peu près la seule branche à laquelle on peut se raccrocher, c’est à dire l’information délivrée aux femmes, celle-ci demandée instamment par les citoyennes : « une information claire sur les enjeux et les avantages sera livrée, mais aussi sur les risques et limites du dépistage, tels que les possibilités de faux positifs ou faux négatifs, les cancers diagnostiqués dans l’intervalle entre deux dépistages, le sur-diagnostic et sur-traitement, les cancers radio-induits. » En effet, l’information était on ne peut plus succincte sur les inconvénients du dépistage, notamment sur surdiagnostic et surtraitement. Il faut évidemment que les brochures en préparation soient à la hauteur et ne délivrent pas une information ou bien biaisée, ou trop épuratoire de données gênantes. Il faudrait surtout que les documents fussent rédigés par des auteurs indépendants, comme la Collaboration Nordique Cochrane au Danemark, et non pas par des « experts » auto-proclamés, leaders d’opinion, toujours les mêmes personnes médiatiques au discours convenu dont on connaît à l’avance l’orientation. Mais espérons…

Malheureusement juste à la suite de cette excellente intention d’informer loyalement on peut lire : « Le risque lié à l’absence de dépistage sera aussi précisé. »  Et ça c’est formidable, parce qu’aucune évaluation n’est faite dans notre pays, on n’arrive pas à dégager un quelconque bénéfice du dépistage organisé mais on peut parler du non-bénéfice de ne pas le suivre, ce à quoi les études internationales ne sont pas parvenues.

La ROSP, on persiste et signe

L’apothéose est atteinte dans l’annonce de l’antipode de ce que les citoyennes demandaient, à savoir la sortie du dépistage de la ROSP, c’est à dire de la rémunération aux objectifs de santé. Voilà ce qu’on peut lire : « afin d’inciter les médecins à proposer la bonne modalité de dépistage à leurs patientes, les mammographies réalisées à ce titre seront mieux valorisées dans la cadre de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) » ; « Le suivi de la patientèle de femmes à partir de 50 ans, adapté en fonction du niveau de risque, donnera lieu à une valorisation de la ROSP. » Donc non seulement la ROSP est maintenue mais valorisée sur le dépistage. La rémunération que reçoit le médecin pour obtempérer aux objectifs de santé à atteindre incite clairement le médecin…à inciter la femme à participer.

Le gynécologue ainsi que le radiologue peuvent eux aussi inciter et faire rentrer la patiente, après consultation de son « éligibilité » dans un fichier à sa disposition, directement dans le dépistage. Dans la mesure où les gynécologues dans leur grande majorité sont partisans d’un dépistage dès l’âge de 40 ans, on peut avoir quelques inquiétudes sur l’objectivité de l’information, et présumer que la tentation incitative risque de prédominer quelque peu. Ne parlons même pas de celle des radiologues ; pour l’instant, lors de la consultation en cabinet de radiologie, l’information est réduite à sa plus simple expression, c’est à dire à remplir la fiche de renseignements de la patiente.

Et de plus la ministre prévoit une consultation préalable à l’âge de 25 ans ! On va donc « sensibiliser » des femmes jeunes, sans symptômes, dont ce n’est pas le problème, qui présentent des seins beaucoup plus denses et difficilement examinables, on va les apeurer 25 ans avant l’âge d’être seulement concernées. Surmédicalisation en perspective, de personnes ne se plaignant de rien, et de plus en plus tôt.

Quelques avancées

Notons quand-même dans ce plan une petite avancée sur l’interdiction pour les radiologues d’appliquer des dépassements sur l’échographie, admettant ainsi implicitement que la « gratuité » du dépistage ne s’applique pas sur toute la chaîne des investigations qui peuvent découler de la mammographie initiale.  En effet la biopsie, l’IRM ne sont pas gratuits.

96 % des femmes sont concernées par le remboursement via une mutuelle selon la ministre, alors tant pis pour les autres, et les futures qui ne pourront bientôt plus s’en permettre une.

Une autre avancée nous paraît être l’obligation (page 9) d’une formation spécifique pour les anatomo-pathologistes à la sénologie, avec l’aveu implicite là aussi de certains manquements de compétences jusqu’ici, d’un manque d’autocontrôle professionnel à l’instar de celui des radiologues qui ont opté pour une deuxième lecture des clichés (malheureusement, avec sa dérive vers des fausses alertes majorées).

Le diagnostic histologique n’est donc point infaillible, et il faut bien reconnaître qu’un travers des histo-pathologistes, comme des radiologues d’ailleurs, est de « sur-classer » un examen qui apparaît douteux ou « entre-deux ». Ainsi un carcinome in situ pas totalement de bas grade mais quand-même pas franchement affolant sera facilement « upgradé » (confession d’un anatomo-pathologiste lui-même..) En radiologie le classement de la mammographie en stade ACR3, qui veut dire que la lésion vue à la mammographie mérite une surveillance, sera très souvent revue en ACR4, classification conditionnant d’emblée une biopsie. Cela permet au radiologue de mieux dormir, de procéder à un acte supplémentaire et à la femme de « bénéficier » d’une biopsie dont elle n’aurait pas eu besoin. C’est ainsi qu’on assiste à une quasi-disparition progressive de la classification de surveillance en mammographie et du fait que 90% des biopsies effectuées sont superflues (valeur prédictive positive de la mammographie n’est que de 9%)

 

En conclusion :

En bref, on demande donc à des médecins non formés, à des gynécologues et des radiologues fortement orientés pro-dépistage à informer les femmes sans avoir d’outil pour évaluer leur score de risque, ni les outils pour la formation des médecins et l’information des femmes.. Le tour est joué. On continue donc, en « sensibilisant » encore plus tôt, et en incitant la patientèle par tous les moyens (maintien de la ROSP et accès au fichier d’éligibilité des femmes pour recruter les non-obéissantes).

L’Inca, surpris et dépité par le rapport de concertation auquel, vu le communiqué envoyé à la ministre le lendemain de sa publication, il ne s’attendait pas, est en passe ici de « rectifier » les conclusions de la concertation et de remettre tout ça « dans le droit chemin »…

Pas un mot sur les demandes des citoyennes sur l’évaluation du dispositif, sur la publication d’études françaises.

On continuera donc de façon « améliorée » alors qu’on n’a toujours toujours pas intégré que la détection précoce est un non-sens, qu’elle ne sert à rien tant qu’on n’a pas compris l’histoire naturelle du cancer, tant qu’on ne saura pas déterminer à partir de quand on est malade. Tant qu’on ne saura isoler quelles sont les tumeurs à haut pouvoir de progression et qui évolueront, quelles sont celles qui n’entraîneront jamais de conséquences sur la vie de la femme. Et comme on ne comprend pas on « améliore », on effectue une course en avant avec un surdiagnostic croissant sans intervention sur les taux de mortalité, les femmes vont être encore plus apeurées, inquiétées, pour rien.

Le vernis passé sur un dépistage indigent et inopérant perpétue cette violence faite aux femmes, ne règle rien d’un surdiagnostic qui anéantit la santé et le bien-être de millions de femmes. Comment appelle-t-on une attitude où l’on inflige une conduite délétère à la population en lui tenant des promesses non tenues et intenables ? Ça s’appelle du charlatanisme.

Merci Mme la Ministre.

 

 

Vous trouverez ci-dessous les PDF du communiqué de presse ansi que du plan lui-même en 10 items.

Tout sur la concertation : articles concertation

A lire aussi : Article Figaro/Santé

Et l’analyse du Dr Dupagne, avec une analogie à une concertation canadienne il y a 20 ans, sabordée un peu de la même façon :

Dupagne, conférence de consensus canadienne 1997

 

 

 

 

TELECHARGER

Post Author: Cancer-Rose