La campagne pour le dépistage de la femme âgée par le Collège National des gynécologues et obstétriciens de France (CNGOF)

Dr Cécile Bour

7 avril 2019

Le 29 mars 2019 le CNGOF, société savante des gynécologues obstétriciens français, lançait, avec la Ligue contre le cancer une grande campagne nationale pour l’extension du dépistage au-delà de la limite supérieure des 74 ans en dépit des recommandations de la HAS, les limites d’âge fixées par cette autorité n’étant pas arbitraires, mais reposant sur des arguments médicaux de balance bénéfice-risques défavorable au-delà de ces limites, déjà que cette balance n’est pas très à l’équilibre pour la tranche d’âge recommandée. Ses recommandations reposent aussi sur des arguments scientifiques (études épidémiologiques) et économiques faisant entrer en jeu les coûts de la mortalité et morbidité induites sur les terrains très fragiles des personnes au grand âge. [1].

Le titre de la campagne est « Trop vieille pour ça ? Seuls les autres le croient ».

Houh. Mais quels sont ces « Autres » dénoncés de façon si binaire ? Les méchants, les « fake-newseurs », les indignes de notre espèce essayant d’informer de façon objective les femmes sans les effrayer inutilement, sans sortir du chapeau un dossier historique de cancer nécrosé d’une patiente n’ayant jamais consulté. Brandir un épouvantail, même hors contexte comme les « Uns » l’osèrent, cela  sert toujours à terroriser efficacement les foules d’un châtiment divin en cas de non-observance de l’église, ici l’église de dépistologie. [2]. Eh oui, même des professionnels de santé n’ont ni honte ni sens du ridicule pour faire dans le spectaculaire…

Il est vrai qu’après la baisse de participation au dépistage de la tranche d’âge des 50-74 ans, enfin informée de la controverse scientifique et de l’épineux problème du surdiagnostic, les bons « Uns » (puisque nous sommes les Autres, vous suivez ?) se sentent obligés de relancer par tous les moyens ce dépistage moribond. Vers les tranches d’âge en dessous des 50 ans, on n’ose encore pas trop, quoiqu’en ‘of ‘ les gynécologues ont la fâcheuse habitude de proposer le dépistage hors toute recommandation officielle à des quadragénaires.

La tentation est grande d’une percée vers les tranches d’âge au-dessus…

Des études, toujours des études !

Après un échange sur twitter avec Mr le PR Nisand, président de cette société savante qui, pour toute justification de ses campagnes lance des « cris d’alarme et de colère » dans les journaux alsaciens, ce dernier s’émouvait de notre absence de preuves et d’arguments scientifiques sur les avanies de ce dépistage tardif.

Nous, les « Autres » donc, qui nous éclairons encore à la bougie et hantons les couloirs à la recherche d’âmes perdues, nous en avons pourtant bien, des études.

Alors voilà déjà en vrac, avant que nous détaillions plus loin le pourquoi du comment, quelques études pour satisfaire l’inquiétude des « Uns » sur l’absence d’études chez les « Autres ».[3]

On peut lire aussi les conséquences de ce genre de folies semées par les « Uns » sur les femmes plus âgées, en Grande Bretagne.[4]

Pourquoi on ne dépiste pas les femmes au grand âge ?

Peu d’essais ont été consacrés au dépistage chez les femmes au grand âge. L’étude des chercheurs de l’université de Leyden, sur les données des Pays Bas, publiée en 2014 dans le BMJ, rattrape ce manque [5].

Selon les auteurs, après 70 ans, le dépistage organisé du cancer du sein serait inutile. En effet, à cet âge, la pratique du dépistage n’améliore pas de façon significative la détection des cancers aux stades avancés mais fait en revanche bondir le nombre de surdiagnostics et donc de surtraitements.

Aux Pays-Bas, le dépistage du cancer du sein est proposé aux femmes jusqu’à 75 ans depuis la fin des années 1990. «Pourtant, rien ne prouve que le dépistage chez les femmes plus âgées est efficace », expliquent les auteurs de l’étude, mentionnant aussi le fait que peu d’essais aient été réalisés spécifiquement sur ces groupes d’âge.

Pour les chercheurs néerlandais, le dépistage systématique après 70 ans entraînerait surtout la détection et donc les traitements de lésions qui n’auraient pas évolué en maladie durant la vie des patientes.

Ces traitements inutiles entraînent un impact sur la santé trop important, et une co-morbidité trop lourde chez ces personnes âgées, qui supportent moins bien les effets secondaires des traitements, chirurgicaux, des radiothérapies et des chimiothérapies.

C’est pourquoi ils recommandent la non-extension du dépistage généralisé chez les plus de 70 ans et recommandent une décision personnalisée, en fonction de l’espérance de vie, du risque de cancer du sein, de l’état général et de la préférence des femmes concernées.

Rappelons aussi que le système immunitaire s’affaiblit avec l’âge. Ce qui suppose qu’on contracte davantage de cancers, de maladies infectieuses.  Tous les organes s’épuisent et fonctionnent moins bien, les facultés de cicatrisation, de régénération tissulaire sont moindres, tout cela est en prendre en compte dans l’administration de traitements lourds.

Pour conclure

Sur twitter toujours, les gentils « Uns » posaient aux peu recommandables « Autres » l’imparable question , « et s’il s’agissait de votre mère ? »

Moi, ma mère, elle a 93 ans, elle n’a jamais, de toute sa vie, réalisé une seule mammographie, elle a le coeur fragile, et là je l’emmène en forêt cueillir des jonquilles. Elle aime les fleurs ma mère.

Même les « Autres » aiment leur maman.

Références

[1] https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1741170/fr/depistage-du-cancer-du-sein-en-france-identification-des-femmes-a-haut-risque-et-modalites-de-depistage

[2] https://www.lalsace.fr/actualite/2017/06/21/des-femmes-qui-se-condamnent-a-mort

[3]

  • de Glas NA, de Craen AJM, Bastiaannet E, etal . Effect of implementation of the mass breast cancer screening programme in older women in the Netherlands: population based study. BMJ 2014;349:g5410. 10.1136/bmj.g5410 25224469
  • de Glas NA, Kiderlen M, Bastiaannet E, etal . Postoperative complications and survival of elderly breast cancer patients: a FOCUS study analysis. Breast Cancer Res Treat 2013;138:561-9. 10.1007/s10549-013-2462-9 23446810

CrossRefPubMedWeb de la ScienceGoogle Scholar

  • Van de Water W, Bastiaannet E, Hille ET, Meershoek-Klein Kranenbarg EM, Putter H, Seynaeve CM, et al. Non-persistance d’un traitement endocrinien spécifique à l’âge chez les patientes ménopausées chez lesquelles un cancer du sein à récepteurs hormonaux positifs a été diagnostiqué: analyse de l’étude TEAM. Oncologue 2012 ; 17 : 55 -63.

Résumé / Texte intégral GRATUITGoogle Scholar

  • Hurria A, K Brogan, KS Panageas, C Pearce, L Norton, A Jakubowski, et al. Profils de toxicité chez les patientes âgées atteintes d’un cancer du sein et recevant une chimiothérapie adjuvante. Cancer du sein Res Treat 2005 ; 92 : 151 -6.

CrossRefPubMedWeb de la ScienceGoogle Scholar

[4] https://www.mirror.co.uk/news/uk-news/thousands-elderly-women-face-crazy-12476451

[5] https://www.bmj.com/content/349/bmj.g5410

Post Author: Cancer-Rose