Dépistage du cancer du sein, influences et manipulations de masse

 Par Dr ANNETTE LEXA

21 avril 2017

 

 

 

Là où nous en sommes

 

De nombreux travaux, études, analyses convergent à peu près toutes pour démontrer que le dépistage de masse, que ce soit pour le cancer du sein, de la prostate, du colon ou de la thyroïde, chez des personnes en bonne santé, est un échec. Le dépistage n’a non seulement pas fourni la preuve de son efficacité mais il a généré de nombreux dégâts que l’on a longtemps sous-estimés, les considérant comme le prix à payer pour « combattre le cancer », socialement parlant.

 

Pourtant, en ce qui concerne le sujet qui nous préoccupe sur ce site, le cancer du sein, aucune étude de grande ampleur n’a jamais été entreprise en France afin de vérifier l’efficacité de ce programme de dépistage pour réduire la mortalité ou la lourdeur des traitements.  Cela peut sembler proprement ahurissant, mais c’est ainsi.

 

Cela n’a pas empêché journalistes, « leaders d’opinion »,  acteurs et personnalités des medias de baisser leur pantalon pour promouvoir le dépistage du cancer de la prostate. Cela n’empêche pas des entreprises de luxe ou des organisations, dans le but avoué de promouvoir le dépistage, de financer des expositions photographiques « sublimant  la beauté » de femmes (chauves ou non) à la poitrine balafrée par une ablation mammaire et « respirant la vie et le bonheur ».
Cela n’empêche pas des centaines de milliers de femmes de continuer à courir enthousiastes « contre le cancer » tous les ans à l’automne, habillées de rose, en criant « on se sent toutes concernées, c’est important de se faire dépister, cela sauve des vies »… Cela n’empêche pas des lobbys de continuer à réclamer encore plus de dépistage, mieux organisé et de vendre des appareils plus « performants ».
Face à ces terribles constats et face à l’inertie des pouvoirs publics qui pourtant savent mais se taisent, notre collectif Cancer Rose  – constitué de scientifiques indépendant (es), chevronnés(es) – s’est donné comme mission de vulgariser une lecture critique des études épidémiologiques existantes, misant – naïvement peut être – sur le ‘cerveau gauche’ des femmes. Ce collectif s’inscrit dans le paradigme rationnel dominant de la médecine actuelle, à savoir la médecine basée sur le niveau de preuve – Evidence based medicine en anglais –  ce qui ne fait pas de nous, loin s‘en faut, un sombre groupuscule obscurantiste. Nous ne sommes pas un collectif « militant », tout au plus un groupe de  citoyens convaincus qu’une meilleure éducation au risque permettrait aux femmes de prendre de meilleures décisions pour elles-mêmes, sans céder à l’opinion, si tant est qu’elles puissent disposer d’une information récente, transparente et non biaisée.

 

L’Etat, pris entre la volonté de contrôler (le paternalisme médical) et la volonté de faire moderne (le périlleux exercice de démocratie participative), a bien senti qu’il fallait faire quelque chose devant les preuves qui s’accumulaient et qu’il ne serait bientôt plus possible de continuer à mettre la poussière sous le tapis. Continuez ou ne pas continuer ? That is the question ! Organisons une concertation de femmes et de professionnels,  ils décideront.  Ce problème est que, stupeur et tremblements, la créature a échappé à son Maître : la concertation a mis à jour un réel besoin d’information de la part des femmes, et a proposé 2 scénario : l’arrêt du dépistage ou son profond remaniement.

Cela ne fut pas du goût de tous. Cela déplût à certains.

Nous assistons, ébahis, au « bal des faux culs », se traduisant par un pas en avant  (on fait un bel exercice de communication) et trois pas en arrière (on maintient le dépistage en l’état en lui offrant un lifting cosmétique). En lieu et place d’études, on réalise fébrilement des enquêtes de satisfaction des usagères du dépistage (les preuves de baisse de la mortalité ne servent à rien, les femmes ne sont pas en demande, elles sont satisfaites du dépistage-qui-sauve-des-vies). Tout en espérant bien que le développement-de-la-médecine-génomique- personnalisée permettra de réduire ces foutus surdiagnostics (et les dégâts des traitements et surtraitements en passant..) de ces maudits cancers. Ouf ! l’honneur est sauf. Business as usual.

Voilà où nous en sommes à ce jour.

Mais comment en est-on arrivés là ?

 

Arguments rationnels épuisés, appel à la psychologie sociale

 

Nous avons épuisé les arguments rationnels, ils pèsent bien peu dans la balance bénéfice/risque que nous nous évertuons à expliquer et qui pourtant est désormais  devenu l’alpha et l’oméga de toute évaluation de risque. C’est là que la psychologie sociale peut nous aider à comprendre autrement les dynamiques à l ‘œuvre dans ce vaste et mortifère jeu social .

Je vous propose dans cette première partie de nous appuyer sur les travaux du célèbre  psychologue américain Robert Cialdini qui a longuement travaillé sur les techniques de persuasion. Que nous apprend Robet Cialdini *? Il nous apprend les techniques  de persuasion et comment se prémunir de ces comportements manipulateurs. Mais alors quoi ? Le dépistage organisé du cancer du sein fonctionnerait-il donc comme une vaste entreprise de manipulation sociale ?

Voyons cela de plus près, car c’est bien possible…

 

 

Il y a d’abord l’engagement : la technique du pied dans la porte : « A 40ans, on reçoit de la part de son gynécologue une petite ordonnance pour aller passer une mammographie avec un  « allez y, c’est important » dit sur un ton grave et paternaliste.  Et nous voilà parties pour des années d’examens, de relances, de pressions, de fausses alertes,  de peurs, d’angoisse…. Et nous ne savons plus comment dire « non, ça suffit, je ne veux plus y aller ».

 

 

Il y a aussi la preuve sociale . Difficile de dire « non » au dépistage quand tant de bonnes copines, tant de femmes autour de nous s’y soumettent. Si tant de femmes y vont, si tant de professionnels de la santé me disent que c’est important, ce doit être vrai. Je ne peux pas rester seule à douter, à dire non. Le problème est que cette étape peut conduire à tous les excès car il s’agit de continuer à « croire » à tout prix et de préserver la croyance. On n’a jamais vu autant de courses roses se déployer dans toutes les villes, mêmes les plus petites, depuis que les preuves de l’absence de l’efficacité du dépistage ne cessent de s’accumuler.

 

L’argument commercial de la rareté  se traduit dans ce cas par « la perte de chance ». Vous ne pouvez pas laisser passer cette chance que nous vous offrons gratuitement, à vous, femmes de 50 ans, de pouvoir être sauvées d’une mort certaine au moyen d’un petit examen. Pris à temps, un cancer se guérit !

 

Le levier de la réciprocité – ou de la règle du donnant-donnant – est sans doute le plus puissant. Comment refuser les relances par courrier, par sms, une fois qu’on a commencé sa première mammographie ? Nous avons votre dossier, nous vous suivons,  comment dire non encore une fois ? Vous en êtes à votre troisième mammographie, vous avez eu votre méchante alerte, votre première biopsie qui s’est avérée négative, mais la demande est insistante, vous devez revenir : après tout, vous n’avez rien , alors ne faites pas votre ingrate, ne doutez pas, nous sommes là pour vous, cela vaut bien un nouveau petit tour de manège, non ? D’ailleurs il y a de nouveaux appareils qui écrasent moins les seins. Vous faites la moue ? vous trainez des pieds pour y aller ? « Si vous ne faites plus vos mammographies, ne comptez plus sur moi pour vous suivre » répond le/la gynécologue furieux(se).

 

La persuasion marche formidablement bien sur les masses en utilisant le levier de la sympathie. Cet argument est très exploité par les courses roses. Comment résister à la proposition de courir toutes ensemble pour une si noble cause ? Après tous, ne sommes- nous pas toutes sœurs, filles, mères, grand-mères ? Nous devons nous épauler, nous soutenir pour combattre ce fléau du cancer ! En plus, les filles, le sport, çà fait du bien !  Au final, on a passé un moment tellement sympa ! Rendez vous l’année prochaine avec nos T-shirt !

 

Enfin, la classique soumission à l’autorité, encore abondamment utilisée dans le cadre du dépistage du cancer du sein, même si elle a du plomb dans l’aile : la docilité, devrais-je dire, des femmes est du pain béni pour le système médical. Cette soumission au dépistage sera renforcée par la complicité des organisations qui prennent l’apparence de l’autorité dans leur communication pour se donner un air persuasif. Combien de femmes se sont-elles aperçues que les publicités, dépliants et courses diverses étaient en fait organisés par des associations et non pas par des instances officielles ? Et n’oublions pas le recours à des figures médiatiques de médecins et autres experts en tout genre, qui ne portent plus la blouse blanche car c’est passé de mode, mais usent et abusent du prestige de la « parole d’expert » pour inciter les femmes à ne pas sortir de la route bien balisée du dépistage-qui-sauve-des-vies.

Image emprutée à l’UFC-Que choisir qui a réalisé une instructive étude en 2012 concernant le sujet du dépistage.

 

Tout ceci marche très bien parce que, in fine, un individu, qu’il soit homme ou femme est limité dans sa capacité à prendre une décision seul(e) : « Dois je me faire dépister ou non ? »  Nous sommes limités parce que nous ne disposons pas de l’information suffisante, parce que nous n’avons pas le temps, ou pas de temps à consacrer à ce choix, parce que nous sommes intellectuellement limités(es) pour comprendre la complexité des données médicales, parce que nous sommes influençables, parce que c’est rassurant de se sentir appartenir à un groupe qui pense pareil. Prendre une décision individuelle qui va à l’encontre du groupe est mentalement chose très coûteuse en énergie. Il est plus simple de suivre l’avis dominant que de se singulariser. Mais, prenez quelques personnes, deux ou trois, pas plus, et alors, vous constaterez qu’il est plus aisé de leur expliquer la balance bénéfice/risque du dépistage qu’à un groupe marqué par l’inertie et la dilution de la responsabilité.

 

Mais la psychologie sociale nous enseigne bien d’autres mécanismes qui sont à l’œuvre dans le cadre du dépistage de masse du cancer du sein et que nous allons aborder  prochainement … et il se peut que notre pire ennemi soit … nous-même !

 

* Cialdini, Robert – Influence & manipulation , ici en format pdf

https://www.fichier-pdf.fr/2015/06/30/cialdini-robert-influence-manipulation/

 

 

 

Post Author: Cancer-Rose